Erreur
  • iCagenda ne peut pas être chargé pour les raisons suivantes:
    • Un dossier est manquant.
    Il semble que l'extension n'est pas installée correctement. Merci d'installer à nouveau le composant iCagenda.
    Sinon:
    • extraire l'archive d'installation et copier le dossier admin/utilities dans le dossier administrator/components/com_icagenda/.

41495200 2138816269701525 2804915254071394304 o

Le Brexit : un sujet brûlant de notre actualité.

Des impacts nombreux sur nos activités accrus par notre position transfrontalière.

Nous sommes allés à la rencontre directe des acteurs qui sont en première ligne !

Le Cercle Côte d’Opale Synergie a, depuis sa fondation en 1994, toujours essayé de regarder de face la réalité économique, sociale et politique qui concerne notre territoire.

Aujourd’hui, d’évidence, le Brexit s’avère être une situation potentiellement lourde de conséquences, en particulier pour la Cote d’Opale dans son ensemble.

Au sein du cercle, nous ambitionnons, pour ce sujet comme pour les autres, de mieux appréhender le phénomène et d’essayer de réfléchir aux risques et opportunités que cela risque d’entraîner.

Nous nous sommes donc rendus à Bruxelles au sein du sein de l’exécutif européen avec un petit groupe de 25 personnalités locales. En première impression, le bâtiment, et en particulier ‘’la lanterne’’, est un émerveillement. Il s’agit d’une construction en forme de lanterne d’Aladin à l’intérieur d’une structure plus classique. Magnifique réalisation architecturale magnifiant, comme il se doit, l’Union Européenne, potentiellement, première puissance mondiale avec ses 450 millions d’habitants.

La chance nous a souri : aucune réunion n’était programmée ce jour là et nous avons donc pu visualiser la salle et les équipements dévolus aux différents chefs d’Etat à l’occasion des sommets européens.

Mais, nous n’étions pas à Bruxelles pour visiter le centre névralgique, mais bien plutôt pour nous informer sur ce phénomène désolant du Brexit. 
Pour ce faire, nous avions prévu de rencontrer de personnalités au cœur du sujet :
- Pierre Saglier de la Task Force sur le Royaume-Uni du Secrétariat General du Conseil Européen 
- Tristan Aureau, représentant français de l’équipe de Michel Barnier chargé de la préparation et de la conduite des négociations avec le Royaume-Uni.

Immédiatement, nous avons été impressionnés par le charisme, l’éloquence et la maîtrise du sujet de nos interlocuteurs. Le sujet du Brexit est tellement vaste qu’il nous aurait fallu, sans doute, plusieurs heures pour venir à bout de nos interrogations.

Force est de constater que la qualité de l’exposé de nos hôtes était tout à fait impressionnante : l’évolution de la négociation nous a été relatée de manière claire, concise et précise. Clairement, nous sommes ressortis avec la conviction que la négociation se poursuit entre les deux parties avec énormément de rigueur.

Le sentiment que nous avons tous ressentis est que les Britanniques sont, en réalité, âprement confrontés à une équipe de négociateurs, autour de Michel Barnier, solide et solidaire. Manifestement, il sera difficile pour nos amis britanniques de désolidariser le bloc des 27 pays européens.
En tout été de cause, voici l’analyse de la situation mâtinée d’information glanées, ici et là dans les medias, tant du coté européen que britannique :

Où en est-on, donc, pour le Brexit ?
Par le referendum du 23 juin 2016, le Royaume-Uni a choisi de quitter l'Union européenne. Son départ est prévu le vendredi 29 mars 2019. Le Royaume-Uni et l'UE se sont d’ores et déjà mis d'accord sur les trois questions principales du "divorce", à savoir +/- 80% des problématiques. 
- Combien le Royaume-Uni doit à l'UE 
- la question de la frontière de l'Irlande du Nord 
- Situation des citoyens britanniques vivant ailleurs dans l'UE et des citoyens européens vivant au Royaume-Uni.

Les discussions se concentrent à présent sur les détails de ces questions sachant qu’ il n'y a pas encore d'accord sur la manière d'éviter d'avoir une frontière physique avec l'Irlande du Nord - et sur les relations futures.

Pour gagner du temps, les deux parties sont convenues d'une période de "transition" de 21 mois pour faciliter les relations post-Brexit. Le cabinet britannique vient de présenter la manière dont il envisage le fonctionnement de ces relations futures. Reste maintenant à voir si l'UE est d'accord.

Période de transition : de quoi s’agit-il ?
On se réfère, ici, à une période allant du 29 mars 2019 au 31 décembre 2020 pour tout mettre en place et permettre aux entreprises et autres de se préparer aux nouvelles règles post-Brexit. Cela laisse également plus de temps pour régler les détails de la nouvelle relation. La libre circulation des biens et des personnes se poursuivra pendant la période de transition, comme le souhaitait l'UE. Le Royaume-Uni pourra conclure ses propres accords commerciaux - bien qu'ils ne pourront pas entrer en vigueur avant le 1er janvier 2021.

Quelques dates essentielles à retenir :

- 18 Octobre 2018: Sommet européen. Les deux parties ont prévu d’être en phase sur le principe de leur relation à venir. (laissant le temps que les ratifications se fassent au sein de chaque Etat)
- 13 Décembre 2018: Sommet européen. Si l'accord n'est pas conclu d'ici octobre, il s'agit de l'option de repli (si, toutefois, les deux parties veulent toujours parvenir à un accord)
- 29 Mars 2019: En l'état actuel des choses, avec ou sans accord, Brexit devrait avoir lieu ce jour là.
- 31 Décembre 2020 : Si tout se bien, une période de transition durera jusqu'à minuit à cette date.

Le Brexit est-il définitif ?
Le gouvernement britannique et le principal parti d'opposition britannique affirment tous deux que Brexit aura lieu. Certains groupes font campagne pour l’arrêt du Brexit, mais les élus du Royaume-Uni se concentrent plus sur les relations que le Royaume-Uni entretiendra avec l'UE après Brexit, plutôt que de savoir si Brexit va voir le jour ou non.

Rien n'est jamais certain, mais en l'état actuel des choses, la Grande-Bretagne quitte l'Union européenne.

Comment les régions ont-elle voté?
L'Angleterre a voté pour Brexit, par 53,4% Le Pays de Galles a également voté pour Brexit, avec 52,5%. Par contre, l'Écosse a voté de rester à 62% et l’Irlande du Nord à 55,8%

Qu’en pense Theresa May ?
Theresa May se prononçait contre Brexit pendant la campagne référendaire, mais elle y est maintenant favorable : ‘’Brexit means Brexit’’., martèle-t-elle. Plus tard, Theresa May a surpris presque tout le monde en déclenchant une élection pour le 8 juin 2017 (elle n'était pas prévue avant 2020). Elle voulait renforcer sa position dans les négociations Brexit avec les dirigeants européens. Son analyse était que les travaillistes, le SNP et d'autres partis d'opposition - et les membres de la Chambre des Lords - tenteraient de bloquer et de torpiller sa stratégie. Cependant, Mme May n'a non seulement pas augmenté le nombre de sièges de son parti à la Chambre des Communes, mais, au contraire, est ressortie affaiblie, devant maintenant compter sur le soutien des 10 députés du PUD (Parti unioniste démocratique d'Irlande du Nord, extrêmement conservateur)

Qu’en a-t-il été de l’économie Britannique depuis le referendum?
Tout le monde (ou presque) avait prédit une crise économique immédiate si le Royaume-Uni votait Brexit. Il est vrai que la livre sterling a chuté le lendemain du référendum - mais elle s’est plutôt stabilisé perdant environ 10% vis-à-vis de l’euro. 
Les prévisions d'une catastrophe immédiate se sont révélées erronées, l'économie britannique ayant connu une croissance estimée à 1,8 % en 2016. Elle a continué de croître à un rythme presque identique en 2017, même si la croissance a été plus lente, de 0,1 % au cours des trois premiers mois de 2018. L'inflation a augmenté après juin 2016, mais s'est depuis ralentie pour s'établir à 2,4 %. Le taux de chômage a continué de baisser pour s'approcher de son niveau le plus bas en 40 ans, à 4,2 %, soit son plus bas niveau en 40 ans.

Comment s’organisent les négociations ?
Les équipes de négociation du Royaume-Uni et de l'UE se rencontrent en face à face pendant une semaine chaque mois. Des sessions supplémentaires sont organisées avant les sommets européens. Le compte à rebours est lancé et le timing restant offre peu de marges de manœuvre. Les britanniques vont donc devoir accepter des compromis (qui ne remettent pas en cause les fondements et libertés de l’Union)

Que se passera-t-il en cas de non accord (No Deal) ?
En l'absence d'un accord commercial, le Royaume-Uni opérerait avec l'UE dans le cadre des règles de l'Organisation mondiale du commerce, ce qui se traduira inévitablement par des contrôles douaniers et tarifaires sur les marchandises ainsi que par des contrôles frontaliers plus longs pour les voyageurs. Le NO DEAL peut arriver du fait des Britanniques (sur fonds de désaccord politique au RU). Un risque : la perte des 750 accords commerciaux négociés par l’UE dont bénéficie à ce jour le RU (ainsi par exemple les vols Londres/New York sont régis par un accord européen dont les anglais ne pourraient plus bénéficier en cas de NO DEAL), il en va de même pour les autorisations de médicaments ou les matériaux nucléaires par exemple.

Quid des citoyens européens vivant au RU ?
Selon Theresa May, un accord entre le Royaume-Uni et l'UE procurera aux 3,2 millions de citoyens de l'UE au Royaume-Uni la certitude qu'ils pourront continuer à vivre et à travailler au Royaume-Uni comme ils l'ont fait avec leurs droits consacrés par la législation britannique et appliqués par les tribunaux britanniques. Les citoyens britanniques dans l'UE conserveront également leurs droits actuels grâce à ce que Jean-Claude Juncker de l'UE a appelé une procédure administrative simple et bon marché. Les droits en matière de soins de santé seront maintenus.

Quelles conséquences pour les européens de l’UE souhaitant travailler au RU ?
Tout citoyen de l'UE qui vit et travaille déjà au Royaume-Uni pourra continuer à travailler et à vivre au Royaume-Uni après Brexit. Le plan actuel prévoit que, même après Brexit, les ressortissants de l'UE pourront se rendre au Royaume-Uni pour y travailler pendant une phase de "transition" d'environ deux ans. La question de savoir s'ils auront les mêmes droits que ceux qui les ont précédés, avec d'éventuelles restrictions à l'accès aux prestations ou au vote aux élections locales, fait également l'objet d'un débat. L'UE demande qu'ils aient les mêmes droits qu'aujourd'hui - 
Ce qui se passera après la période de transition n'a pas encore été décidé, bien que l'on s'attende généralement à ce qu'il existe un système de permis de travail similaire à celui des ressortissants de pays non membres de l'UE. Plus localement, les accords du Touquet ne sont pas remis en cause par le Brexit car il s’agit d’accords bilatéraux France/UK. L’enjeu migratoire est un enjeu politique majeur au RU, qui a, d’ailleurs, servi d’argument majeur aux pro-Brexit.

Quid d’un Duty-Free?
Inutile de dire qu’ici, en cote d’Opale, nous nous réjouirons de la réintroduction des ventes hors taxes de type Duty Free…Mais, comme pour la plupart des conséquences de Brexit, cela dépendra de la manière dont les négociations avec l'UE se dérouleront. Rien n’est encore décidé, bien sur !

L'actualité

A VENIR : Forum Objectif Emplois - 17 Octobre 2018

A VENIR : Forum Objectif Emplois - 17 Octobre 2018

  Comme vous le savez, le Cercle Côte d’Opale Synergie est à l’initiative Lire la suite

12 Septembre 2018 : Rencontre avec Maxime Beaumont

12 Septembre 2018 : Rencontre avec Maxime Beaumont

Quelle personnalité, ce Maxime Beaumont ! Maxime est manifestement au firmament de son sport… Lire la suite

07 Septembre 2018 : Déplacement au Conseil Européen sur Bruxelles (Brexit)

07 Septembre 2018 : Déplacement au Conseil Européen sur Bruxelles (Brexit)

Le Brexit : un sujet brûlant de notre actualité. Des impacts nombreux sur nos activités Lire la suite

14 Juin 2018 : Visite exclusive du Chantier Port de Calais

14 Juin 2018 : Visite exclusive du Chantier Port de Calais

Nous avons déambulé, le jeudi 14 Juin, habillés comme des cosmonautes, au sein Lire la suite

30 Mai : Déjeuner privatif à l'Académie culinaire Stéphane Bulteau

30 Mai : Déjeuner privatif à l'Académie culinaire Stéphane Bulteau

Une nouvelle fois, le Cercle Cote d’Opale Synergie s’est aventuré sur un des chemins Lire la suite

Inauguration du Polarfront le 31 Mars 2018

Inauguration du Polarfront le 31 Mars 2018

Ce samedi 31 Mars, quelques membres du Cercle Côte d'Opale Synergie ont participé à Lire la suite

Dîner des optimistes du 29 Mars 2018

Dîner des optimistes du 29 Mars 2018

L’optimisme ! Voilà donc un sujet qui nous tient à cœur au sein du Cercle Lire la suite

De la Vision à l'Action ... Soirée avec le Comité Grand Littoral le 15 Mars 2018

De la Vision à l'Action ... Soirée avec le Comité Grand Littoral le 15 Mars 2018

Le comité Grand Lille, cercle de réflexion et d'action des personnalités influentes Lire la suite

Rencontre avec Olivier WAUTERS le 14 Février 2018

Rencontre avec Olivier WAUTERS le 14 Février 2018

Une fois encore, le cercle Côte d’Opale synergie a entraîné ses membres et leurs Lire la suite

Cocktail des optimistes du 15 Mars 2018

Cocktail des optimistes du 15 Mars 2018

Petite photo représentative du passage impromptu de membres de notre association ! Une nouvelle Lire la suite

  • A VENIR : Forum Objectif Emplois - 17 Octobre 2018

    A VENIR : Forum...

      Comme vous le savez, le Cercle Côte...

  • 12 Septembre 2018 : Rencontre avec Maxime Beaumont

    12 Septembre 2018 :...

    Quelle personnalité, ce Maxime Beaumont ! Maxime est...

  • 07 Septembre 2018 : Déplacement au Conseil Européen sur Bruxelles (Brexit)

    07 Septembre 2018 :...

    Le Brexit : un sujet brûlant de notre...

  • 14 Juin 2018 : Visite exclusive du Chantier Port de Calais

    14 Juin 2018 : Visite...

    Nous avons déambulé, le jeudi 14 Juin,...

  • 30 Mai : Déjeuner privatif à l'Académie culinaire Stéphane Bulteau

    30 Mai : Déjeuner...

    Une nouvelle fois, le Cercle Cote d’Opale Synergie...

  • Inauguration du Polarfront le 31 Mars 2018

    Inauguration du...

    Ce samedi 31 Mars, quelques membres du Cercle Côte...

  • Dîner des optimistes du 29 Mars 2018

    Dîner des optimistes...

    L’optimisme ! Voilà donc un sujet qui nous tient...

  • De la Vision à l'Action ... Soirée avec le Comité Grand Littoral le 15 Mars 2018

    De la Vision à...

    Le comité Grand Lille, cercle de réflexion et...

  • Rencontre avec Olivier WAUTERS le 14 Février 2018

    Rencontre avec Olivier...

    Une fois encore, le cercle Côte d’Opale synergie a...

  • Cocktail des optimistes du 15 Mars 2018

    Cocktail des...

    Petite photo représentative du passage impromptu de...

Revue de presse

Tous droits réservés - Mentions légales

MOBILISATION - REFLEXION - RENCONTRER - ECHANGER - DIALOGUER - PROPOSER
 Synergie Littoral
57 rue Colonel l'Espérance
 62200  BOULOGNE SUR MER
 Tél : 03 21 30 12 38
 Courriel : contact@synergielittoral.com
 Du lundi au jeudi de 8h00 à 16h00